Exposition : HIBAKUSHA

    Du 30 juin au 28 octobre - Ouvert du mardi au samedi de 10h à 13h et de 14h à 18h.
    Contact
    Maison des Mémoires - Centre Joë Bousquet
    04.68.72.45.55.

    Dessins des survivants d'Hiroshima et de Nagasaki - Exposition présentée par le Centre Joë Bousquet et son Temps et les Archives Nationales.
    Avec le soutien du Hiroshima Peace Memorial et du Nagasaki Atomic Bomb Museum.

    Les bombardements atomiques d'Hiroshima et Nagasaki ont eu lieu les 6 août 1945 à 8h15 et 9 août 1945 à 11h02, villes de respectivement 340 000 et 195 000 habitants, provoquant la mort de 140.000 personnes à Hiroshima et 70.000 à Nagasaki. Les survivants des explosions, les hibakusha, sont devenus le symbole d'une lutte contre la guerre et les armes atomiques à travers le monde.
    En 1974, la chaine NHK a l’idée d’un appel à témoignage après avoir reçu un dessin d’un homme de 74 ans qui voulait exprimer ce qu’il avait vu lors du bombardement du 6 août 1945.  Entre 1974 et 2002, 3.600 dessins sont parvenus à la chaine, puis ont été exposés au Musée du Mémorial de la Paix d’Hiroshima et au Musée de la Bombe Atomique à Nagasaki. Ces dessins qui expriment la dimension humaine des événements, telle qu’elle a été vécue au sol, à « Ground Zero », témoignent avec sobriété de l’enfer vécu par les survivants.
    Ils présentent l’émouvant cheminement de l’incendie, de la pluie noire, de la douleur, de la soif, de la perte des proches, du sentiment d’abandon, de la difficulté des soins médicaux, des blessures effrayantes liées à l’arme nucléaire, de l’interrogation : pourquoi ? Et enfin de la reprise progressive de la vie dans les villes dévastées. Cette exposition tente donc, à travers ces dessins, de faire la chronique des événements tels qu’ils ont été vécus par les hibakusha.
    Ces documents ne sont pas des dessins d’artistes ou réalisés par des spécialistes du dessin, ce qui n’altère en rien le regard qui peut être porté sur eux en tant qu’œuvre créative. Leur intérêt est d’abord dans la nature et la forme du témoignage. A leur propos, le journaliste américain John Hersey, lauréat du Prix Pulitzer, disait qu’ils sont beaucoup plus émouvants que toutes les photos réunies car ils ont enregistré « ce qui avait été brûlé dans les esprits des survivants ».  L’historien américain John Dower, explique, lui, que « ces dessins de survivants japonais, racontant toujours une histoire personnelle, sont infiniment variés et incomparablement intimes. Ces peintures ont des voix, elles amènent le lecteur au-dedans ».
    Si ces dessins sont connus aux USA, aucune exposition ne les a jamais présentés en France jusqu’ici. C’est donc la première fois qu’une sélection approfondie de 200 dessins, permet de les faire connaitre dans notre pays. L’exposition, organisée conjointement avec les Archives Nationales, sera reprise du 8 Décembre 2017 au 31 Mars 2018 au site de Pierrefitte-sur-Seine des Archives. 

    Entrée libre