Marie Madeleine, la Passion révélée

    Le musée des Beaux-Arts de Carcassonne, avec le monastère royal de Brou à Bourg-en-Bresse et le musée de la Chartreuse à Douai, dédient une exposition à la figure de Marie-Madeleine à travers les arts et les siècles.
    La tradition fusionne l’existence des trois Marie citées par les Évangiles pour n’en faire qu’une figure unique : la pécheresse qui répand des parfums de grand prix sur les pieds de Jésus et les essuie avec ses cheveux, Marie de Béthanie, soeur de Marthe et de Lazare, Marie de Magdala, qui a assisté à la crucifixion et a été la première disciple à laquelle Jésus apparut après sa Résurrection. En 591, le pape Grégoire le Grand mettra fin aux hésitations des Pères de l’Eglise catholique en consacrant la réunion de ces trois femmes en une seule : Marie Madeleine.
    Cette figure inclassable et mythique, aux définitions contradictoires est à la fois pécheresse et repentante, voluptueuse et ascète, mondaine et ermite, l’élément intermédiaire entre le terrestre et le céleste. Nombreux sont les artistes depuis l’époque médiévale à aujourd’hui, à avoir été inspirés par sa beauté, par l’image de sa solitude dans le désert, en méditation, ou à la lueur d’une chandelle éclairant la nuit. C’est un personnage qui se construit petit à petit et présente plusieurs facettes. Chaque époque a inventé "sa" Madeleine, en passant par la légende de la Sainte-Baume ou Vézelay. Notre siècle s’est approprié à son tour ce personnage irradiant. De nos jours, les amateurs de secrets et de mystères se sont emparés du personnage et lui font porter leurs fantasmes et leur goût pour l’ésotérisme.

    Peintures, sculptures et objets d’art proposent de retracer l’évolution de cette figure, du Moyen Âge à nos jours, en mettant en lumière les différentes utilisations du personnage par les courants artistiques, spirituels et théologiques, et comment chacun l’a adapté à ses aspirations.

    L’exposition sera accompagnée d’un catalogue commun.

    OEuvres exposées. L'exposition réunira dans chaque musée près de 80 oeuvres, les unes présentées en un seul lieu, d›autres présentées dans deux ou trois musées, issues de toutes techniques et de toutes époques, du XIIe au XXIe siècle : manuscrits, orfèvrerie, sculptures, vitraux, gravures, dessins, et bien sûr peintures, parfois dues à de grands maîtres français, mais aussi flamands ou italiens voire allemands, comme Dürer, Cornelis De Vos, Barbieri, Guido Reni, Carrache, Delatour, Philippe de Champaigne, Vouet, Laurent La Hyre, Coypel, Nattier, Delacroix, Scheffer, Deveria, Corot, Puvis de Chavannes, Henner, Maurice Denis, Monfreid...

    Ce sont principalement les collections publiques des musées de France qui ont été sollicitées ainsi que des bibliothèques régionales, quelques églises françaises et musées étrangers.